COMMENT CONCILIER LE SPORT ET LES ÉTUDES ?

Votre enfant se passionne pour le sport ? Ou vous voulez lui faire découvrir les joies de l’activité physique ? Pour réussir à concilier la pratique sportive et le rythme scolaire, nous vous partageons nos conseils et nos expériences. En primaire, en secondaire et pour le sport à un niveau plus élevé, découvrez nos astuces pour vous organiser, mais aussi laisser votre enfant s’organiser !

équitation enfant

LE SPORT EN PRIMAIRE

On commence tout de suite par tacler une idée reçue : le sport et l’école, c’est compatible et c’est même bénéfique ! Eh oui, l’activité physique stimule aussi l’esprit. Grâce au sport, votre enfant bénéficie d’un meilleur sommeil, s’oxygène le cerveau et améliore son moral. C’est aussi un bon chemin vers une alimentation saine. En bref, tout ce qui favorise l’apprentissage scolaire !

Alors si votre enfant semble plus attiré par le sport que par les études, pas de soucis. Le tout est de savoir comment s’organiser. Et ça aussi, c’est du sport !

COMMENT FAIRE DÉCOUVRIR LE SPORT À VOTRE ENFANT

En primaire, 4 heures de sport par semaine en plus des activités physiques à l’école sont suffisantes. Alors comment aider votre enfant à développer son goût pour le sport tout en privilégiant son éducation ? Et comment faire le grand écart avec le reste de la vie de famille ? Nous avons posé la question à Laurence. Et avant de vous parler de ses enfants sportifs, on va un peu vous parler d’elle :

Laurence fait partie de l'équipe communication de DECATHLON. Elle nous impressionne tous un peu. Son mari et elle travaillent toute la semaine. Ils ont 4 enfants de 10 à 18 ans qui jonglent entre l'école, la musique, l'escalade, la gym, le trampoline et le basket... Alors naturellement on est allés lui demander de nous livrer ses astuces.

“Il s’agit de s’organiser mais aussi surtout de s’adapter et de rester agile. Et en septembre, tu croises les doigts pour que les horaires soient compatibles !”

Alors comment se lancer et faire découvrir le sport en club à son enfant ?

“Il faut commencer par prendre son temps pour trouver son sport passion, aller au bout du processus de découverte pour être sûr que le sport plaise ou non.”

SPORT ET PRIMAIRE : COMMENT VOUS ORGANISER

Il est important aussi de prendre en compte tous les paramètres : trouver un club sportif proche de chez vous ou accessible en transport en commun, prendre en compte les faux frais (équipement, inscription aux compétitions), s’assurer que la philosophie et les valeurs du club correspondent à celles que vous voulez transmettre à vos enfants.

Et en ce qui concerne la logistique, en plus des trajets pour conduire votre enfant à l’entraînement, il y a souvent des déplacements à prendre en compte pour les matchs et les compétitions le week-end.

Et ça tombe bien, les autres parents sont dans le même cas ! Il est souvent possible de s’organiser pour se répartir les tâches et limiter les trajets. Co-voiturage pour les compétitions, répartition des trajets pour les entraînements sont autant de solutions. Comme quoi, il n’y a pas que votre enfant qui se sociabilise grâce au sport.

Une autre possibilité est de rentabiliser le temps entre les trajets, pour éviter de faire des aller-retours : faire les courses par exemple, et pourquoi pas participer à la vie du club ?

Et surtout, il est possible de voir les trajets comme autre chose qu’une contrainte :

“J’ai appris à considérer les trajets comme des moments privilégiés avec mon enfant. C’est un moment où on a du temps à deux, pour dialoguer en dehors du cadre de la maison.”

Et les devoirs dans tout ça ?

“Dès que possible, ils font leurs devoirs à l’école. Ils apprennent aussi à se responsabiliser par rapport à leur emploi du temps, leurs résultats scolaires.”

En effet, au fur et à mesure de sa scolarité, le sport apprend aussi à votre enfant à se responsabiliser et à devenir autonome :

“A 10 ans, ma fille a appris à prendre le bus pour se rendre à ses entraînements de gym car je travaillais à ces horaires là. Au début, elle appréhendait. On lui a donné un téléphone portable et on se parlait pendant tout le trajet.”

enfant sport et étude

LE SPORT EN SECONDAIRE

En secondaire, les enjeux et l’emploi du temps scolaires deviennent plus importants. Et c’est aussi le cas pour l’activité sportive de votre adolescent·e.

D’ailleurs, il y a des chances que ses besoins d’indépendance, d’autonomie et de lien social passent par d’autres activités : sorties, amis, musique… Comment laisser une place au sport dans un emploi du temps de plus en plus chargé ?

Si votre fils ou votre fille adore son sport, une des solutions peut être de l’encourager à se responsabiliser :

“Tant que les devoirs et les résultats scolaires suivent, ils gèrent le reste de leur emploi du temps comme ils veulent. Et comme c’est la meilleure façon de ne pas m’avoir sur le dos, ils jouent le jeu.”

En grandissant, votre enfant apprend aussi à s’organiser lui-même : pour ses trajets, ses choix entre ses différentes activités… Et le sport reste un moyen privilégié de se dépenser, de se découvrir et aussi d’échanger et de partager avec ses partenaires :

“Il faut apprendre à lâcher prise. Le sport devient son truc, sa bouffée d’oxygène. C’est le cas aussi pour la relation entre l’enfant et l’entraîneur, ce n’est plus à nous de nous interposer.”

Et la vie de famille dans tout ça ? Là aussi, l’équilibre tient autant à l’organisation qu’à l’adaptation et la réactivité :

“Avec mon mari, on pratique encore du sport mais pour le plaisir, en loisir. Et on a décidé de dîner plus tard le soir, pour être tous ensemble après les entraînements.”

ÉTUDES ET SPORT DE HAUT NIVEAU

Vous avez compris, même à l’adolescence le sport reste pour votre enfant un excellent moyen de se défouler et de s’émanciper. Et ça peut aussi être une source de motivation pour ne pas lâcher prise en secondaire.

Et justement, si votre enfant se passionne ou excelle dans son sport, quelles sont les solutions pour pratiquer le sport à haut niveau sans compromettre sa scolarité ?

Les humanités sportives de haut niveau permettent de suivre un cursus scolaire qui inclut des périodes d’entraînements en dehors de l’établissement secondaire. Ce programme prend en compte les absences dues aux stages et aux compétitions, l’accompagnement sportif et médical et certains frais de déplacement.

Pour plus d’informations, vous pouvez vous diriger vers la fédération du sport que pratique votre enfant.

Et pour la vie de famille, ça donne quoi ?

“C’est un choix, on met le sport au centre de la vie. Mais c’est aussi une contribution à l’éducation, qui permet à l’enfant de trouver ses propres réponses. Ce qui paraît être un sacrifice au départ devient un épanouissement. La récompense est dans la joie de vivre, dans l’échange.”

Etre parents de sportifs, c’est donc une activité à part entière ! Avec en mot clé l’adaptation :

“C’est du coaching ! Il ne faut pas se mettre de frein. Et accueillir l’éventualité que ça ira loin ou pas entre son enfant et le sport.”

Mais c’est aussi une occasion de construire une relation forte avec son enfant grâce au sport.

“Il n’y a qu’une période restreinte pour éduquer son enfant. Et c’est un réel plaisir de voir son enfant se forger grâce au sport et d’être témoin de la transmission des valeurs.”