Sébastien Delfosse, ambassadeur Van Rysel : « Le cyclo-cross me donne cette montée d’adrénaline »

Ancien cycliste pro sur la route (11 saisons), Sébastien Delfosse a rejoint Decathlon Belgium début 2019 en tant que vendeur cycle au magasin de Verviers. Il est également ambassadeur de Van Rysel, notre marque "performance" vélo de route, cyclo-cross et triathlon.

Sébastien Delfosse, ambassadeur Van Rysel : « Le cyclo-cross me donne cette montée d’adrénaline »

Retraité du peloton professionnel, Sébastien n’a pas perdu son goût de la compétition. Il s’est d’ailleurs mis au cyclo-cross. Une discipline qu’il a redécouvert avec plaisir. Il nous parle de son expérience dans les labourés (photo © Fabrice Pasteger).

ses débuts en cyclo-cross

Véritable religion en Flandre, le cyclo-cross est beaucoup moins populaire en Wallonie. À côté de la manche de Coupe du monde organisée à Namur, d’autres initiatives méritent le détour. Des courses sont en effet organisées dans le Namurois et en province de Liège. C’est en s’inscrivant au challenge liégeois (le Challenge Henri Bensberg) que Sébastien a regoûté au cyclo-cross, fin 2019. « J’ai participé au challenge avec un vélo Gravel en alu, équipé de jantes en 650. Je n’étais pas vraiment compétitif », sourit Séba, qui, jusque-là n'avait participé qu’à deux cross, du temps où il côtoyait un certain Sven Nys dans l’équipe Landbouwkrediet-Colnago. « Ce n’était pas vraiment mon truc, je n’ai jamais rien fait de bon à l’époque », se souvient-il. Mis entre parenthèses en 2020 suite à la situation sanitaire, le challenge Bensberg a à nouveau été organisé en 2021. Sébastien l’a entamé avec une arme plus performante…

Sébastien Delfosse, ambassadeur Van Rysel : « Le cyclo-cross me donne cette montée d’adrénaline »
Sébastien Delfosse, ambassadeur Van Rysel : « Le cyclo-cross me donne cette montée d’adrénaline »

le cyclo-cross 
by van rysel

Testé par les meilleurs juniors français sur la scène internationale, le vélo Van Rysel RCX a été confié à Sébastien pour la saison. « J’ai été agréablement surpris par le comportement de ce vélo. Je venais d’un Gravel de 12 kilos, celui-ci pèse 8,5 kg. Il est très rigide, réactif, explique Sébastien. On est plusieurs coureurs à rouler dessus.» Sébastien, qui a remporté la manche de Libramont puis le titre de champion provincial liégeois 2021, n’a pas touché au montage d’origine. « C’est un beau vélo, au design épuré, super bien monté. Je l’ai laissé tel quel, explique le cycliste de 39 ans. Et puis, au prix de 1800 €, on ne se ruine pas. » Ce vélo peut également utilisé pour des sorties « Gravel » entre amis. 
« C’est un vélo très polyvalent, conclut Sébastien. Il faut simplement changer la cassette pour pouvoir passer partout. »

Une discipline très complète

Mais au fond, qu’est-ce qui motive Sébastien à aller ferrailler dans les labourés ?« C’est un tout: l’intensité de l’effort, le pilotage, la vitesse que l’on a plus qu’en VTT, explique notre ambassadeur Van Rysel. Ils me reverront, c’est sûr (sourire). Je sais que j’ai quelques grosses lacunes à travailler, notamment en course à pied. Quand on voit les meilleurs à la TV ça a l’air facile, mais ce n’est pas le cas… » Le cyclo-cross est aussi une discipline à conseiller pour les cyclistes en herbe. Les exemples de Wout van Aert et de Mathieu van der Poel sont là pour le prouver. « Les courses courtes permettent de faire des efforts intenses sans se cramer. Les jeunes du CC Chevigny passent quasiment tous par le cyclo-cross l’hiver. Cela permet de rester actif toute la saison et de varier les plaisirs. Les conditions ne sont pas idéales l’hiver, mais c’est bon pour leur caractère. Si plusieurs vedettes viennent du cyclo-cross aujourd’hui, c’est qu’il y a quelque chose à creuser. En course, on est sûr d’aller au bout de soi-même. Alors que dans les intervalles à l’entraînement, on est toujours un peu dans le calcul. Le cyclo-cross est donc une bonne préparation. »

Sébastien Delfosse, ambassadeur Van Rysel : « Le cyclo-cross me donne cette montée d’adrénaline »

motivation intacte

Malgré une carrière pro de 11 ans sur route et à l’approche de la quarantaine, Sébastien Delfosse n’est pas rassasié de courses.
« Sans cela j’ai un manque. Ce n’est pas vraiment explicable. J’ai besoin de cette montée d’adrénaline, de me dépasser. Je ne m’entraîne plus beaucoup, mais j’accompagne mes enfants au BMX, je roule avec eux. Je roule aussi sur route et en VTT pour le fun, pour montrer que nos produits sont compétitifs. Bien sûr, je n’ai plus le même niveau qu’avant mais j’en profite encore, je prends du plaisir. Je recroise des copains sur les courses. Je n’ai pas de date d’arrêt car je sais que j’en ai besoin. » Une addiction qui est génétique, dirait-on. « Mon père participe encore à des courses, à 65 ans. »

Sébastien Delfosse, ambassadeur Van Rysel : « Le cyclo-cross me donne cette montée d’adrénaline »
Sébastien Delfosse, ambassadeur Van Rysel : « Le cyclo-cross me donne cette montée d’adrénaline »

sébastien delfosse

ambassadeur van rysel

Sur un vélo depuis tout jeune, Sébastien a commencé par le VTT. Il a notamment remporté un titre de champion de Belgique marathon, tout en prenant par à quelques manches de Coupe du monde en XC. Il a ensuite posé ses roues sur la route, au Pôle Continental Wallon. Passé pro chez Landbouwkrediet-Colnago, il y restera 5 ans avant de poursuivre sa carrière dans la structure Wallonie-Bruxelles pendant 6 saisons. Il a remporté plusieurs victoires pro : notamment le “Rund um Köln” (1.1) en 2013 et la Drôme Classic en 2017. Depuis 2019, Sébastien est vendeur cycle au magasin Decathlon de Verviers.